Paillage le plus écologique en permaculture urbaine?

par | 30 avril 2021 | Jardins & AgricultureS | 2 commentaires

Du paillage gratuit, abondant, facile à gérer, et à notre portée dans les villes, que demander de mieux? Voyons si le carton et les aiguilles de pin sont appropriés pour pailler les jardins de nos villes.

Temps de lecture : 11 minutes

Introduction

La présente étude prend place dans le cadre d’une réflexion autour de l’agriculture urbaine. Ici, je veux pailler efficacement le sol des jardins urbains de mon territoire. Et Le carton et les aiguilles de pins ont attiré mon attention. Cela s’inscrit dans le cadre de la pensée permaculturelle, qui demande quelles sont les ressources les plus accessibles pour atteindre mes objectifs?

Afin d’alléger la lecture, cet article est le principal d’une série d’articles se reliant les uns aux autres. N’hésitez donc pas à explorer tous les liens ici présents à votre rythme. Toutes les sources sont référencées dans l’étude au format PDF.

Le contexte : une ville méditerranéenne

vue sur Béziers, contexte de la présente étude sur les aiguilles de pins et le carton comme mulch (paillis)

Ville du Sud de la France, en Hérault, Béziers est marqué par un temps doux et humide en hiver, chaud et sec en été. Il y pleut moins que dans le reste du pays. On y trouve des pins (Pinus pinea L. et Pinus halepensis) produisant irrémédiablement quantité d’aiguilles, ramassées régulièrement par les services paysagers de la commune. Il en va de même pour les cartons, déchet habituel des activités humaines, que l’on retrouvera au pied des commerces.

Nous tenterons donc d’explorer ce sujet sous divers aspects :

  • Y a-t-il des risques pour la santé du sol d’utiliser ces ressources ?
  • Quelles sont les preuves scientifiques ?
  • Certains détails peuvent-ils nous renseigner sur une méthodologie d’utilisation : quantité, saisonnalité, source, etc. ?

Carton & Aiguilles de pins pour une agriculture urbaine low-tech

vélo cargo transportant une tondeuse manuelle et de la tonte de gazon

Tout d’abord, on trouve ces deux ressources en abondance dans les villes de méditerranée française. Leur valorisation pourrait être réalisée sans moyens lourds de manutention. Pourquoi pas en vélo cargo? Nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il était possible (et rentable!) de se passer de voiture pour valoriser ce paillage, après 4 ans d’expérience à ce sujet. Même sans le vélo cargo, une partie de la population urbaine pourrait être allouée à la gestion de ces ressources sans investissements particuliers.

Par ailleurs, de nombreux espaces verts à usage non-agricole sont entretenus, et cela se traduit en coût d’entretien et en baisse du potentiel de services écosystémiques dans l’environnement urbain. Autrement dit c’est une perte nette, à la fois écologique et économique.

Pour une plus ample vision à ce sujet, vous pouvez consulter notre dossier complet sur la permaculture.

Faire preuve d’esprit critique

Partant de ces suppositions, il paraît pertinent de valoriser cartons et aiguilles de pin afin d’imaginer des agrosystèmes à taille humaine, et pouvant nourrir localement la population urbaine.

Mais d’aucuns pensent le carton toxique, et les aiguilles de pins acidifiantes et stérilisant la vie du sol. Soit ! La présente étude espère mettre en lumière les tendances de la littérature scientifique à ce sujet. Une trentaine d’études ont été étudiées, plus ou moins en profondeur selon leur pertinence à priori. Partons de l’hypothèse la plus entendue dans les débats : Le carton et les aiguilles de pins causeraient des problèmes à la vie du sol.

D’où vient l’expression mulch (mot stylé pour dire Paillage) ?

Le mulch, terme fréquemment utilisé, désigne tout matériau de couverture du sol implanté à des fins agricoles, horticoles ou paysagères. On dit assez communément paillage. Mulch est dérivé probable de mots issus de l’anglais ancien et du proto-germanique Molsch, mals, melsc, milisc, signifiant doux, moelleux ((Impact of Mulches on Landscape Plants and the Environment — A Review. Linda Chalker-Scott, J. Environ. Hort. 25(4):239–249. December 2007, Washington State University, Puyallup Research and Extension Center 7612 Pioneer Way E., Puyallup, WA 98371))1.

Les pistes de recherche et la démarche scientifique

Vu ce qui précède, l’hypothèse formulée mériterait des précisions pour être vérifiée. En effet, plusieurs facteurs étant impliqués dans l’impact positif ou négatif sur la vie du sol, nous allons explorer diverses pistes :

  • Impact sur la capacité d’échange air/eau du sol avec l’atmosphère
  • Impact sur la vie bactérienne et la faune responsable de la minéralisation de la matière organique, de la stabilisation des humus etc.
  • Émission de composés organiques volatile ou effluents polluant lors de la décomposition du carton ou des aiguilles de pin
  • Allélopathie positive ou négative des aiguilles de pin sur les adventices et plantes potagères
  • Etc.

En annexe de cet article, vous pourrez consulter la présente étude, au format PDF. Elle contient toutes les références scientifiques utilisées.

Faut-il recommander Le carton comme paillage?

Cette question est simpliste. Nous devons donc l’aborder sous plusieurs aspects pour obtenir une réponse réaliste. Et finalement, cela nous permettra d’envisager à quel point le carton est pertinent ou non comme paillage. Il convient donc de poser les questions suivantes :

  • Comment est fabriqué le carton?
  • Le carton contient-il des substances nocives ?
  • Le carton étouffe-t-il le sol?
A lire aussi :  Des nouvelles du jardin partagé d'Eric (Mare, serre)

Ce qui apparaît principalement, c’est que le carton n’est plus ou moins que de la cellulose. Ce qui pollue en fait n’est pas le produit fini mais son industrie. C’est ce qu’on peut se dire vu le nombre de publications scientifiques au sujet de l’industrie du carton! L’une d’entre elles indique que 1000 tonnes de polluants seraient rejetées chaque année par cette industrie au niveau mondial2.

Tout ce qui a été étudié ici mène à penser que le carton est une bonne ressource, mais qu’il y a mieux. En fait, en l’absence de broyat de bois, qui constitue le mulch idéal d’un certain point de vue, le carton fait largement l’affaire. Son pouvoir occultant est formidable, mais utilisé seul et une fois il deviendrait vite imperméable. Cela aurait pour conséquence un sol artificiellement plus sec que la normale (et c’est le contraire de ce qu’on recherche en paillant le sol!).

En tout cas, aucune étude n’a permis d’affirmer que le carton représentait une pollution pour la vie du sol.

Faut-il recommander les aiguilles de pin comme paillage?

Passons maintenant aux aiguilles de pins. Mille croyances font de cette simple aiguille un mystère. On dit que rien ne pousse sous les pins. Et on dit aussi que les aiguilles de pin acidifient le sol. Comme souvent, nous allons voir que les conclusions des travaux scientifiques sont plus mesurées, voire contradictoires !

Voici les pistes explorées :

aiguilles de pins et cônes de pins, vus sur la cime de l'arbre
  • Pourquoi rien ne pousserait sous les pins?
  • Les aiguilles de pin acidifient-elles le sol ?
  • Les aiguilles de pins provoquent-elles une faim d’azote?

Pourquoi rien ne pousserait sous les pins?

vue sur une pinède en bord de mer, il semblerait que pas grand-chose ne pousse

On entend très souvent que les aiguilles de pins tendent à acidifier le sol. L’observation communément rapportée pour justifier cela est que « rien ne pousse sous les pins ».

Néanmoins la réalité est plus complexe, et d’autres causes existent :

  • Luminosité très faible sous les pins
  • Rapport C/N des aiguilles élevé
  • Les pins ont des racines superficielles traçantes
  • La pluviométrie spécifique à notre région fait des pluies rares et parfois violentes = tendance du sol à l’imperméabilisation et à la lixiviation ainsi qu’au lessivage

La conjonction de ces facteurs conduit à une accumulation d’aiguilles de pin se décomposant très lentement (car à haut rapport carbone/azote), un tassement du sol dû à la faible vie végétale, une tendance des sols de pinèdes (plantées de la main de l’homme surtout !) à la lixiviation et au lessivage, entretenant un véritable cercle vicieux (ce que les écologues, permaculteurs et consort appelleraient une boucle de rétroaction négative).

Les aiguilles de pins acidifient-elles le sol?

L’exploration de toutes les études citées ici montre que l’acidification du sol par les aiguilles de pins relève plus de la croyance que de la connaissance. En effet, il n’a pas été montré par une seule étude que cela acidifiait le sol. Dans diverse expériences, c’est plutôt le contraire que l’on constate. En tout cas, on constate aussi qu’un sol nu a une tendance à être plus acide qu’un sol paillé, quel que soit le mulch employé!

Conclusion : les mulchs en général

Comme toujours en permaculture : ça dépend

Il importe d’insister sur le contexte : la texture du sol, la pluviométrie (quantité et rythme de la pluie), le taux d’ensoleillement en fonction de la saison, et bien d’autres facteurs vont conditionner le choix d’un mode de couverture du sol. En effet, un même matériel de couverture du sol va, selon son épaisseur, avoir une influence sur la vie du sol. Par exemple, une épaisseur importante de mulch peut ralentir le réchauffement du sol au printemps, ce qui affecte l’activité bactérienne et la dynamique du monde végétal par là-même. En bref, comme toujours en permaculture : bien et mal n’existent pas, seul compte le contexte! Nous proposons toujours un exercice à ce propos, sur les principes éthiques de la permaculture, pendant nos stages d’initiation. C’est fondamental!

Privilégiez l’organique non transformé pour pailler vos jardins

Aucune des études citées ne démontre que le carton cause des pollutions mesurables sur la vie du sol, même s’il n’apparaît pas comme un mulch idéal. Ce matériau semble peu envisagé comme mulch, sans que l’on puisse avérer de toxicité. On voit plutôt une tendance à privilégier les mulchs organiques et non transformés : broyat, feuilles mortes, aiguilles, écorces. Ces matériaux limitent en grande partie les écueils que l’on attribue à un sol nu, tout en donnant les meilleurs résultats sur l’aggradation des sols, la rétention d’eau, la lutte contre les températures extrêmes, etc.

vue détaillée de broyat de bois

Carton et aiguilles de pins en mulch pour l’agriculture urbaine : à utiliser sans crainte si…

Cartons et aiguilles de pin constituent une ressource très accessible et fonctionnelle pour couvrir le sol des jardins urbains. Mais comme souvent, il vaut mieux ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Cela veut dire qu’il est possible d’utiliser ces paillages d’une façon qui soit délétère pour la vie du sol. Donc, nous vous invitons à lire nos articles détaillés autour du carton, et des aiguilles de pins. Ainsi, vous aurez une meilleure compréhension de pourquoi et comment valoriser ces formidables ressources disponibles à portée de main, sans soucis!

  1. https://etymonline.com []
  2. Toutes les références industrielles et scientifiques étudiées sont disponibles dans l’étude au format PDF []

2 Commentaires

  1. Claudia Janz

    Merci pour cet article bien fait!
    J’aimerais lire le fichier pdf avec les références mais le lien ne fonctionne pas…est-ce possible d’obtenir ce fichier?
    Bravo pour tous vos projets que vous faites sur Béziers! Dommage: j’habite trop loin (quelque part au dessus de Minerve) pour y participer!
    Continuez dans la joie, c’est important ce que vous faites!
    Amicalement,
    Claudia Janz

    Réponse
    • Natura-lien

      Je suis étonné, de mon côté le lien fonctionne parfaitement. Je vous propose de nous contacter avec https://natura-lien.fr/contact, en nous laissant votre adresse e-mail, si jamais le lien ne fonctionne toujours pas. Ainsi, nous vous enverrons l’étude par e-mail.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de Natura-lien

Natura-lien est un bureau d’accompagnement et un réseau basé à Béziers et actif en Hérault, oeuvrant autour de plusieurs sujets :

  • jardins, agriculture et nature
  • habitat durable et gestion des ressources
  • intelligence collective et gouvernance

L’association accompagne des projets pour professionnels et particuliers, grâce à des prestations d’accompagnement, conception et aménagement, formation et animation ou conférences, potagers d’entreprises etc.

Nous soignons aussi le réseau par le biais de rencontres, d’outils mutualisés pour communiquer et aider les projets de chacun, d’article et de vidéos pour promouvoir des pratiques écologiques et ainsi tendre vers une société durablement épanouie!

Sur le même thème

A retrouver sur le blog

Le jardin d’Eric

Un jardin partagé à Béziers, conçu par un collectif, inspiré par la Permaculture, que l'on va prendre plaisir à vous présenter ici.

2020, Natura-lien fête ses 3 ans

En cette nouvelle année, nous avons souhaité vous exprimer nos vœux d’amour et de joie à notre façon. Plus précisément, c’est l’occasion de faire le bilan ; regardons le chemin parcouru.

Partager cet article