Avril marie le soleil et la pluie : la terre enfante

par | 13 mai 2022 | Oasis | 1 commentaire

Suite des plantations, terrassement de mare, suivi de l'arrosage et autres...Avril à l'Oasis de Béziers, au rythme des végétaux qui s'épanouissent !

Temps de lecture : 6 minutes

C’est le miracle attendu : les bourgeons explosent en feuilles vert tendre, les talus se colorent sous la poussée des herbes, partout la sève monte et répand l’ivresse de la vie nouvelle. Les jeunes arbres, gorgés d’énergie, présentent leurs premières fleurs : amandiers, poiriers, cerisiers, pêchers, pommiers, figuiers, pacaniers, pruniers, arbousiers, oliviers, plaqueminiers rivalisent d’élan vers le ciel. Les cassissiers s’étoffent, les ronces à mûres s’enracinent, les herbacées comestibles s’étalent… Le végétal impose sa montée en puissance.

Jusqu’à la fin du mois, et parfois entre deux averses, adhérents, sympathisants et amis viennent achever les plantations. Une généreuse distribution de broyat – une brouette pleine par pied – achève le travail et permettra à la terre de conserver plus longtemps l’humidité.

Car l’eau, la précieuse eau, représente autant que le soleil un élément vital. A l’approche des premières chaleurs, la gestion de l’eau se doit d’être anticipée, cohérente et stratégique.

Pendant le chantier de raccordement à « l’eau du Bas-Rhône » – le BRL -, l’école de la Calendrette nous laisse toujours l’accès à sa propre borne. Une chance inouïe pour nous puisqu’ainsi les 250 plantations sont arrosées autant que nécessaire. Mais les questions sont multiples : Comment juger du degré d’humidité de la terre et donc du besoin en eau ? Où arroser manuellement ? Où enterrer les tuyaux ? Où installer des gouttes à gouttes ? Des asperseurs ? Comment atteindre les différentes zones du terrain ? Et il ne s’agit là que de l’aspect technique. L’organisation du groupe quant à cette activité est en cours de structuration : Comment répartir la responsabilité de l’arrosage au sein des adhérents ? Quelles sont les disponibilités des uns et des autres pour assurer une prise en charge régulière durant toute la période chaude ?

Et comme il reste des plantes à mettre en terre, le travail se poursuit. Les planteurs, réguliers ou occasionnels, représentent toutes les générations, depuis Benjamin, 5 ans, qui participe assidûment aux plantations depuis plusieurs semaines, jusqu’à cette dame de 87 ans venue planter le premier arbre de sa vie à l’Oasis, et joyeusement fêtée pour la circonstance.

Une pépijauge (comprenez « micro-pépinière destinée à recevoir en jauge les surplus pour quelques mois, voire une année ») est créée : on creuse un fossé d’une quinzaine de mètres de longueur, on ameublit le fond à la grelinette, on comble l’espace avec un mélange de compost et de terre, on creuse un trou tous les 50 cm… et on plante ! L’objectif est de permettre un arrachage facile pour le jour où ces arbres seront répartis dans des emplacements définitifs.

Alors, quand le ciel nous envoie sa manne et que la pluie vient féconder la terre nourricière, il s’agit de capter au mieux le précieux cadeau. Pas question de laisser le hasard prendre la main ! La gestion de l’eau de pluie sur un terrain permacole de 2 ha avec des pentes de 5 à 8% relève d’une technicité et d’une stratégie assumées par Yan, qui a présenté la réalisation des ouvrages hydrauliques lors d’une « causerie pédagogique » ouverte à tous le 6 avril. Quand on sait qu’un jeune arbre peut avoir besoin d’une cinquantaine de litres d’eau par semaine et qu’il y en a 200 sur le terrain, la réflexion sur la gestion la plus adéquat s’impose. Dans cette optique, la création de baissières établies à partir des courbes de niveau et destinées à récolter l’eau, évite son ruissellement trop rapide. La terre récupérée a permis la constitution de talus dont les cultures, imprégnées par les pluies d’avril, ont déjà rapidement verdi.

A lire aussi :  Participez au design de l'Oasis !

Les deux plans d’eau permettront également une biodiversité tant de la flore que de la faune. Des plantes à petit enracinement ont été installées sur les bords du plan d’eau supérieur pour éviter que les racines ne fissurent les berges ; ainsi, aucun arbre ni arbuste n’a été planté à moins de 10 mètres. Et libellules, poissons, chauves-souris, grenouilles et plantes aquatiques de différentes espèces éviteront la présence de moustiques.

Ce plan d’eau, actuellement en cours d’aménagement, a d’ailleurs accueilli le jeudi 7 avril l’enthousiasme et la force de 16 jeunes entre 16 et 26 ans, ainsi que leurs 4 encadrants. Appartenant à l’organisme Unis-Cité qui œuvre pour leur intégration sociale par le biais d’un service civique, ces jeunes adultes ont travaillé toute la journée à niveler le fond de la future mare grâce à l’accompagnement de Yan, et à transformer le talus abrupt en une berge à pente douce, grâce à l’accompagnement de Robin. Beaucoup de bonne humeur, de sueur et de rires ont animé les heures de ce jour-là. Le repas partagé, entre blagues, sandwichs et karaoké a offert le temps de l’échange. L’énergie de ces bonnes volontés a permis une belle avancée pour l’aménagement de la future mare. L’après-midi, un journaliste de Midi-Libre est venu interroger les personnes responsables d’Unis-Cité et le président de Natura-Lien afin d’en proposer un compte-rendu pour le journal. Un article est paru en effet la semaine suivante, célébrant l’ampleur du projet « Oasis » de Béziers et le zèle des jeunes recrues du jour. Cette journée de travail collectif est à l’image de l’objectif de Natura-Lien : que le respect de l’environnement et le plaisir du partage essaiment !

La technicité de la démarche permacole mise en œuvre à l’Oasis vise à assurer sur du long terme une sécurité alimentaire et hydrique actuellement mise à mal par le changement climatique. Et, au-delà, il s’agit de « réenchanter » notre monde !

Dès le mois de mai, Margaux, salariée en alternance, sera présente tous les mercredis de 9h à 20h pour accueillir toute personne désireuse de découvrir Natura-Lien et l’Oasis de Béziers et de pouvoir mettre la main à la terre, à la houe ou à la scie !

Pour en savoir plus sur les différents chantiers et signifier votre présence, rendez-vous sur le tableau des présences et chantiers principaux.

1 Commentaire

  1. De la Tribouille

    Que de projets, que de travail ! Marie-Hélène sait nous communiquer son enthousiasme et nous informer au mieux des réalisations de l’oasis… Merci !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'Oasis de Béziers

Un lieu associatif pour produire et partager nourriture, biodiversité et connaissances.

Depuis février 2022, ce lieu à vocation agricole et pédagogique est situé à Béziers (Montimas). Il est ouvert à l'expérimentation, l'éducation à l'environnement et l'apprentissage de la permaculture.
Projet lauréat du 1er budget participatif de l'Hérault, soutenu financièrement par le conseil département de l'Hérault à hauteur de 95 000€.
logo des lauréats du 1er budget participatif de l'Hérault (2020)

Autres articles sur l’Oasis de Béziers

Partager cet article