Juin conjugue action, réflexion et transmission à tous les temps

par | 1 juillet 2022 | Oasis | 1 commentaire

A l’Oasis, le printemps cède la place à l’été en beauté. Il y a de l’action, sur le terrain, ça bouge ! Salariés comme bénévoles viennent et reviennent pour aider les végétaux à s’épanouir et le projet à grandir.

Temps de lecture : 10 minutes

D’abord, l’urgence, dictée par la saison : l’arrosage. Deux fois par semaine, après avoir sondé le terrain, on détermine les parties à arroser. Un travail qui se doit d’être régulier et maîtrisé – ni trop, ni trop peu. Et bien entendu en parallèle, la nécessité de poursuivre le paillage : autour de chaque plantation, l’objectif est d’étendre 20 cm de broyat ou de paille sur 1 mètre de diamètre. Sacré challenge puisque pour chaque arbre ou arbuste, une brouette pleine suffit tout juste. Mais cette activité présente un intérêt majeur en protégeant le végétal de la sécheresse et permet ainsi de réduire le rythme d’arrosage. Bon plan, finalement !

Agir pour construire

Le projet d’acheminer l’eau du BRL se trouve en cours de réalisation : une petite pelleteuse, louée pour 10 jours, a creusé (pas toute seule !) plusieurs centaines de mètres de tranchées afin d’enterrer les principaux tuyaux d’irrigation. Creuser, dérouler des tuyaux en 50 et en 40, les placer au fond des tranchées, caler raccords et vannes d’arrêt aux intersections, installer des regards aux endroits stratégiques, recouvrir de terre, tasser, aplanir… et rendre (presque) invisible un gros boulot… L’eau du Bas Rhône peut s’inviter, elle sera gérée au mieux ! La pelleteuse a permis aussi de creuser une future 3ème mare au fond du terrain et de déposer la terre argileuse ainsi récupérée au fond de la « mare du bas » afin de l’imperméabiliser davantage. Encore un gros chantier ! Et pour la « mare du haut », celle qui sera immédiatement visible dès votre arrivée, une bâche EPDM de 300 kg a été livrée, avec deux géotextiles destinés à la protéger dessus et dessous. Le tout constitue une masse impressionnante qu’il nous faudra installer pour l’automne. Bienvenue à l’avance à toutes les mains tendues pour nous aider à mettre en place le triple dispositif ! Pour maintenir et contourner les bords de la bâche une fois placée, 10 tonnes de pierres blanches ont été livrées, qui pour l’instant attendent sagement dans un coin.

remorque à deux essieux tractée par un motoculteur Ferrari 340 avec moteur Yanmar 10 cv

Les derniers achats sont faits dans le cadre de la subvention avec le conseil départemental à travers le Budget Participatif de l’Hérault : du matériel d’irrigation, les matériaux pour monter deux toilettes sèches, un système photovoltaïque et du matériel électrique, une serre-tunnel, une échelle, un broyeur, des filtres à eau, des outils de bricolage et du matériel pédagogique (loupes, boussoles…). La location de la pelleteuse et d’un camion-benne a également fait partie des frais présentés au Département.

Mais les actions ne s’arrêtent pas là ! Récupérer gratuitement des objets usagés offre parfois des occasions inespérées : en début de mois, le camping Bellevue à Valras a proposé de nous laisser du bois inutilisé provenant d’estrades et de chapiteaux, ainsi que du matériel « fatigué » mais tout à fait utilisable. Quelle chance ! Merci à Sophie pour sa générosité ! Dans un premier temps, Margaux est allée voir le stock en question pour repérer l’usage que l’on pourrait en faire à l’Oasis. La décision fut immédiate : oui, il y aura du travail ! Mais oui, ce bois, ces tôles, cet évier, ces structures métalliques vont constituer la base de la zone d’accueil.

Quelques jours plus tard, une équipe y est retournée pour sélectionner le bois à emporter, démonter, dévisser, couper, transporter le tout dans un coin du camping, entasser dans le camion-benne loué à la journée, décharger à l’Oasis…ouf ! A suivi un deuxième aller-retour selon le même processus. Aussi efficace qu’une salle de musculation avec sauna pour les membres de l’équipe et, à l’arrivée, de quoi fournir une base consistante pour nos prochains aménagements. Une journée marathon très efficace !

Le lendemain, on nous livrait 40 fers à béton de 12 pour les futures structures. Décidément, l’avenir s’annonce solide !

Les neurones aussi !

Ce n’est pas tout de faire, encore faut-il réfléchir en amont à une stratégie adaptée. Ainsi, le 25 juin, une réunion a rassemblé une bonne vingtaine de personnes afin d’organiser les chantiers prioritaires de l’été. Le travail a été mené, comme toujours, dans le respect d’une gouvernance partagée basée sur la confiance en l’intelligence collective. Ainsi, en deux heures, le groupe a dégagé 5 grands chantiers (arrosage/paillage ; confection de la cuisine ; débroussaillage ; électricité ; toilettes sèches et compost) et pour chaque chantier le nom d’une personne référente ainsi que les jours et les dates pour réaliser la tâche. L’efficacité de la réunion s’explique par le travail préparatoire de Margaux et Maguy et leur animation aussi joyeuse que rigoureuse, par le désir de tous et de chacun de construire, par la libre expression de chaque participant et par l’écoute attentive de toutes les propositions. L’été arrive, nous sommes prêts !

Ces décisions n’empêchent ni les doutes ni les questionnements, exprimés à d’autres occasions. En vrac : pouvons-nous envisager un programme ludique dès cet été ? des nuits d’observation des étoiles ? quand prévoir l’inauguration officielle du terrain avec le Département ? comment faire venir un public nouveau ? faut-il se protéger des sangliers et des chevreuils qui visitent l’Oasis la nuit et abîment nos plantations ? qui organise quoi ?

De façon plus structurelle, une première réunion du conseil d’administration a eu lieu aussi pour définir le rôle et les fonctions de celui-ci et pour mettre en place une méthodologie de travail. Chaque membre présent a mis en œuvre sa créativité pour participer à la dynamique collective. Ainsi, confiance, humour et réflexion se sont entrelacés pour aborder des questions d’un registre plus conceptuel : quels objectifs le CA poursuit-il ? à quel rythme

va-t-il se réunir ? faut-il constituer différentes commissions et lesquelles ? peut-on se former à la médiation ? comment se répartir le travail de trésorerie et de secrétariat pour alléger la charge de Yan ? Quelques éléments de réponse ont pu être dégagés et le travail se poursuivra le 3 juillet grâce à une réflexion de chaque membre d’ici là.

Le plus précieux des héritages

Bien entendu, l’objectif final de Natura-Lien consiste à transmettre. Transmettre nos convictions, nos valeurs, nos acquis et œuvrer pour que les jeunes générations, conscientes du capital nourricier à préserver, respectent le vivant et ses merveilles.

Ainsi, Charles a accueilli une vingtaine d’enfant de l’école « Calandreta Lo Garric », accompagnés de deux adultes. Dans le cadre de « L’école dehors », ce petit monde a passé une matinée complète à l’Oasis. Ces trois heures ont permis aux bambins de vivre quelques expériences mémorables : du haut de leurs petites jambes, ils ont vécu la traversée du terrain comme celle d’une jungle ; ils se sont étonnés de la profondeur des « gros trous » (les futures mares) et de la longueur des baissières ; ils ont découvert l’intérêt du broyat, chanté « Hortet », joué aux statues sur les troncs coupés, visité le hangar à outils, observé la fontaine à poissons, examiné la mue d’une cigale en cours de réalisation et chanté « Se Canto ». Une matinée exceptionnelle destinée à les sensibiliser aux prodiges de la nature.

Dans un contexte différent, Laurence a, elle aussi, accueilli une dizaine d’enfants de « La Calandreta » trois mardis après-midi consécutifs. Laurence se forme au BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) avec option EEDD (Education à l’environnement et au développement durable) ; elle devait réaliser un cycle de trois animations pour obtenir sa certification. Mission accomplie. Elle a fait porter son initiation sur le thème de l’arbre : ses différentes parties, son évolution au fil des saisons, ses feuilles. Les petits élèves se sont montrés attentifs, motivés, actifs et heureux de travailler en-dehors du cadre scolaire habituel, et en plein air : voir, toucher, sentir, écouter, c’est la vie même dans toute sa pureté !

L’enthousiasme des gamins nous rappelle le nôtre et nous stimule en retour. Ainsi, adultes et enfants se nourrissent réciproquement, à l’image de l’éternel cycle de la vie.

1 Commentaire

  1. Antoine

    Trop classe cette newsletter, ça s’active fort à l’oasis !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'Oasis de Béziers

Un lieu associatif pour produire et partager nourriture, biodiversité et connaissances.

Depuis février 2022, ce lieu à vocation agricole et pédagogique est situé à Béziers (Montimas). Il est ouvert à l'expérimentation, l'éducation à l'environnement et l'apprentissage de la permaculture.
Projet lauréat du 1er budget participatif de l'Hérault, soutenu financièrement par le conseil département de l'Hérault à hauteur de 95 000€.
logo des lauréats du 1er budget participatif de l'Hérault (2020)

Autres articles sur l’Oasis de Béziers

Partager cet article