0

Ceci est une des trois parties de l’article 3 classiques de la permaculture pour l’abondance au jardin.


Le sol

schéma montrant les différents horizons du sol

Le sol est constitué de plusieurs couches: Naturellement, plus on descend et moins le sol est aéré et fertile. On va de l’organique au minéral. C’est la principale raison pour ne pas retourner le sol !

Pour plus de détails, vous pouvez consulter directement l’article wikipedia à ce sujet.

La vie du sol

Le sol n’est pas inerte, car il est un habitat pour beaucoup d’êtres vivants! Régi par de nombreuses interactions entre les êtres, cette toile complexe mérite un coup d’oeil.

Voici deux exemples d’interaction qu’il est utile de comprendre avant d’aborder notre sujet principal :

schéma-champignon-et-plantes.png

Interaction champignons/plantes

schéma montrant les interactions terre & plantes

Interaction vers de terre/plantes

L’effet du labour sur le sol

Parce que le sol est constitué de plusieurs strates et qu’il est un habitat, retourner le sol revient à retourner une maison à étage!

  • Les bactéries anaérobies se retrouvent en la présence d’oxygène et certaines peuvent brûler et mourir.
  • Les bactéries aérobies s’asphyxient par manque d’oxygène.
  • Des insectes ayant creusé leurs galeries perdent cet habitat et se retrouvent exposés au soleil et aux prédateurs.
  • La couche supérieure du sol, fertile, retenant mieux l’eau et limitant la battance, se retrouve dans le sous-sol.
  • La couche inférieure, plus lourde et minérale, se retrouve au sommet, elle retient en général moins bien l’eau et se tasse: les graines des plantes ont en général plus de difficulté à germer!

Pour illustrer tout ça, imaginez mettre les humains dans l’eau et les poissons sur terre…

En conclusion

  1. VIE DU SOL & VIE DES PLANTES s’influencent mutuellement. Impossible d’avoir l’un sans l’autre. Et si vous pensez que c’est le cas, vous devez bien vous fatiguer au jardin!
  2. L’épanouissement de la vie du sol est important pour la plante, on peut le favoriser en couvrant le sol, en l’aérant sans le retourner (on peut utiliser une grelinette ou une fourche bêche)
  3. Rappelez-vous que priver la plante de cet environnement favorable diminue sa capacité à se nourrir, à boire…Elle produit moins au final, est plus sensible aux prédateurs et aux maladies. Encore du travail pour vous!

Pour en apprendre davantage, suivre notre prochain stage d’initiation à la permaculture, ou nos ateliers-jardinage.

0

Pin It on Pinterest

Partager cet article

Partager cet article sur vos réseaux.