Trois ans que je roule en vélo cargo! Je me suis dis que faire le point sur cet outil rentrait bien dans le cadre de la série #30JoursPourYPenser.


A propos de la série #30JoursPourYPenser

Pendant le confinement lié au Coronavirus : 30 jours, 30 articles, autour de la nature et de l’humain, pour comprendre et dessiner un monde durable et joyeux !

La meilleure façon de nous suivre :


Script de la vidéo

ça y est, ça fait trois ans que je roule en vélo cargo! Je me suis dis que faire le point sur cet outil rentrait bien dans le cadre de la série #30JoursPourYPenser; Parce que cet engin me semble un bon moyen pour tendre vers une société plus soutenable, et le sujet du vélo et des déplacements doux m’a toujours enthousiasmé, vu les enjeux de société qu’il y a derrière.

Dans une première vidéo à ce sujet, j’explorais l’impact des transports sur la vie quotidienne : santé, social, écologie, bien-être, etc.

Après cette vidéo, j’ai eu l’occasion de faire à peu près 3000 à 4000 kilomètres, discuté avec beaucoup de gens et expliqué un peu le fonctionnement du vélo et mes motivations personnelles. Maintenant, c’est le moment de partager ça avec vous!

Alors, ici je vais vous montrer comment le vélo fonctionne en détail, son équipement par exemple, puis je vais faire un bilan personnel sur son utilisation, ce que j’en retiens, ce que je conseille, etc.

[Le vélo en détail]

Alors, commençons par du lourd : je peux transporter 100 kilos de matériel, sans compter mon propre poids. Et je dis ça d’expérience, je l’ai déjà fais plusieurs fois sans problème. Suffit juste d’une bonne roue avant, et d’un pneu solide et bien gonflé. le vélo est électrique, je l’ai assemblé moi-même. Ce vélo cargo m’a coûté 3000€, commandé en plusieurs parties et assemblé par mes soins: cadre chez le fabricant, roue arrière et moteur ailleurs, roue avant ailleurs, et les accessoires en partie d’occasion et en partie neuf. La moitié du budget est prise pour l’électrification. Cela m’a paru cher au début, mais celà est du à l’autonomie de la batterie (60 à 80km en utilisation mixte), ainsi qu’à la puissance du moteur (1000W) et à la souplesse du système de gestion (un ordinateur de bord type Cycle Analist). A noter que le cadre est en acier au carbone, donc assez facilement réparable, et la plateforme en alliage d’aluminium, à visser sur le vélo. Les chambres à air sont le système proposé à l’origine par Omnium, le fabricant du vélo, ils proposent d’en donner une quinzaine mais j’avais gardé beaucoup de chambres à air endommagées par le passé; j’ai donc pu éviter l’usage de chambre à air neuves juste pour ça. C’est hyper pratique car les chambres à air sont souples et résistantes à la fois, on peut installer rapidement toutes sortes d’objets sur le vélo, sans avoir à se fabriquer de système sur mesure. Depuis, le fabricant propose de nouveaux systèmes d’attaches.

Côté accessoires, il y a une molette qui permet de régler la force de l’assistance électrique. Je peux donc, à la volée et pendant la conduite, apporter plus ou moins de puissance selon que j’ai du poids, du vent, une pente importante etc. C’est vraiment pratique d’avoir ce réglage à portée de pouce!

Il y a aussi une gachette comme celle qu’on voit sur les quads, afin d’accélérer sans pédaler : je ne l’ai réglé que pour fonctionner jusqu’à 5 km/h, pour rester dans les clous en terme de loi. à l’usage, ça m’a paru si pratique pour lancer le vélo quand il est chargé, que j’équiperais ça d’origine sur n’importe quel vélo cargo électrique!

Pour rappel, un VAE (Véhicule à Assistance Electrique) doit respecter les règles suivantes : Une puissance de 250W, et une aide au pédalage jusqu’à 25km/H. Notez bien “au pédalage”; si il vous suffit d’appuyer sur un bouton pour avancer, c’est plus un scooter qu’un vélo!

Donc, mon moteur est plus puissant, je peux régler moi-même la vitesse maximale d’aide, je peux faire avancer mon vélo sans pédaler au début, ce qui est normalement interdit…Néanmoins, j’invite toute personne critique à ce sujet à essayer de transporter 100 kg de matériel sur un vélo cargo, avec un moteur de 250W, vous constaterez comme moi que ça frise l’impossible. Il me semble que vu l’impact environnemental positif que pourrait apporter le vélo cargo, ça vaut le coup d’y réfléchir. Je souhaite que les lois évoluent en prenant en compte l’écologie, pour aider les gens à faire mieux d’un point de vue environnemental.

Pour finir là-dessus, je mets la pleine puissance uniquement quand je suis chargé, et je roule de toute façon à des vitesses bien plus faibles que les voitures.

La plateforme du vélo, située au dessus de la roue avant, est multifonction. Vu que c’est une plateforme et pas une caisse, il n’y a pas de limite à ce qu’on peut y mettre. On peut se permettre d’y mettre des objets qui dépassent. J’ai quelques exemples qui me reviennent en tête : un caddie pour faire des courses, porter une tondeuse à gazon, du compost, des outils de jardins, des enfants, des adultes. Par ailleurs en installant une remorque pour enfant à l’arrière du vélo, j’ajoute encore 20 à 30 kilos de charge, donc je peux transporter près de 130 kilos avec un vélo!

A ce propos, j’ai fais assembler la roue avant par cyclociel, à Lyon. J’ai choisis de mettre le prix dans un rayonnage sur mesure, avec les rayons les plus costauds, et je ne regrette pas: je n’ai jamais eu à resserrer un seul rayon alors que je transport régulièrement du poids.

Le détail qui a son importance en vélo, c’est l’éclairage. Je regrette qu’il soit si difficile de trouver de l’éclairage haut de gamme dans les commerces, obligé de passer par internet, sauf si on habite dans une grande ville et qu’il existe une boutique spécialisé vélos urbains. Donc, cet éclairage fonctionne grâce à un moyeu dynamo dans la roue avant, est sans batterie ni pile, mais plutôt grâce à un condensateur. Il agit comme une petite batterie, qui se décharge en quelques minutes. ça permet de n’avoir aucun changement de pile ou de batterie. Et on est quand même visible à l’arrêt! J’ai fais le choix de séparer la lumière de la batterie du vélo, pour toujours avoir de la lumière le jour où j’aurais enlevé l’électricité, si ça doit arriver un jour. Il devrait exister un principe de réversibilité en permaculture!

A l’usage, j’ai fais essayer ce vélo à une petite dizaine de personnes et aucune n’a eu besoin de plus de 3 minutes pour utiliser le vélo; j’ai même une amie qui au bout de deux minutes, portait une amie à elle comme si elle en avait toujours fait! Quand on est chargé en revanche, ça dépend beaucoup du centre de gravité de ce qui est chargé. Plus c’est haut, plus c’est coton bien sûr.

[Conseils]

Si je devais conseiller quelque chose…Premièrement, quel est votre besoin? Déjà, je vous conseille de bien vous renseigner sur le marché du vélo cargo : il en existe plusieurs sortes, avec chargement à l’avant, à l’arrière, plus bas que la roue avant, plus haut que la roue avant, avec plateforme, avec caisse, uniquement pour porter des enfants, uniquement pour porter du matériel, et j’en passe.

BREF, il existe déjà une diversité intéressante que je vous invite à explorer, car tout va dépendre de votre besoin, de votre budget, et de votre aisance à faire du vélo.

Côté électricité, si j’ai choisis d’électrifier mon vélo, c’est parce que ça allait devenir mon moyen de transport principal pendant une longue période, et que la pente moyenne est de 3,5% à Béziers, sur mon trajet le plus habituel jusqu’au centre-ville. J’ai bien fait, car je me souviens que le premier mois que j’ai utilisé le vélo cargo, n’étant pas électrifié j’ai remonté de tout en bas de la ville une soixantaine de kilos de compost, jusqu’à chez moi. C’était une paye, j’ai vraiment, vraiment galéré! Par ailleurs électrifier un vélo n’est pas donné, comme je vous l’ai dis tout à l’heure; donc c’est un choix qui se discute et je vous invite à y réfléchir longuement et à n’électrifier que si vous en ressentez un réel besoin, car c’est bien la partie la moins écologique du vélo, l’électrification.

Et pour revenir sur l’aisance à faire du vélo, je dis ça parce que celui que j’ai est plus polyvalent que la plupart des autres vélo cargos, et en même temps il est moins maniable que la plupart!

Au contraire des voitures dont l’expérience du conducteur est standardisée, un vélo cargo est un outil avec lequel vous allez co-évoluer.

Pour finir, mon ressenti. J’ai pris un énorme plaisir à utiliser ce vélo pendant ces trois ans, j’ai tenté des montages aussi farfelus les uns que les autres, pour voir à quel point je pouvais remplacer la voiture dans mon quotidien; et je dois dire que c’est allé au delà de ce que je pensais. Ce n’est pas que la voiture est une mauvaise chose, mais nous savons à présent que l’utilisation collective qu’on en fait est la cause de nombreux problèmes : pollution, stress, morts sur la route, diminution du lien social à cause du temps passé dans les bouchons, etc.

Bon, voilà, j’espère que tout ça vous donne des pistes pour choisir un vélo cargo, et je vous invite à vous abonner à la chaîne, ça nous garde motivés pour continuer à publier du contenu! Ciao Ciao!

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Pin It on Pinterest

Partager cet article

Partager cet article sur vos réseaux.