0

#30JoursPourYPenser Numéro 24

Enrober des graines à l’argile est une technique si respectueuse qu’on ne touche plus la terre. Voyons comment tamiser l’argile, puis enrober des graines, et pourquoi cela respecte la terre.


Présentation

L’intérêt de l’enrobage de graines à l’argile a été confirmé par Masanobu Fukuoka. Ce microbiologiste spécialisé en phytopathologie, ensuite devenu agriculteur, a expérimenté et conceptualisé une forme d’agriculture naturelle reposant sur 4 piliers1 :

  • Pas de travail du sol
  • Pas de fertilisation
  • Pas de désherbage2
  • Pas de produits chimiques

Mais là n’est pas le sujet. La technique consiste à enrober d’argile – en poudre – les graines dans une bétonnière ou autre équivalent. une brumisation d’eau au fur et à mesure que l’on incorpore l’argile permet d’obtenir des boulettes que l’on peut semer à la volée.

Quelques avantages :

  • Inutile de toucher le sol (donc, pas d’outil, notamment mécanisé)
  • Limite la prédation par les oiseaux
  • Protège la graine du soleil etc.
  • la graine possède une réserve nutritive grâce à l’argile

Ainsi, la graine est protégée jusqu’à germination naturelle. en ce sens, c’est une forme d’agriculture phénologique3.

Quelques inconvénients, parce rien n’est idéal :

  • Inconfort psychologique possible : méthode radicalement différente de la culture paysanne de nos contrées (accepter que les mauvaises herbes n’en sont pas, que le pouvoir est dans les mains de la nature plutôt que du paysan, etc.)
  • Travail nécessaire de préparation des boulettes de graines (surtout si l’on prépare soi-même son argile!!)
  • Accessibilité : globalement plus simple d’avoir quelques outils pour cultiver la terre que le matériel pour enrober les graines
  • Formation : connaissance et expérience sont nécessaires pour enrober efficacement des quantités suffisantes, et ce savoir est moins disponible que les savoirs agricoles plus habituels
  • Il peut y avoir plusieurs graines par boulette4

Pour tout type de graines; plutôt adapté au grandes cultures

Cette technique s’applique à tout type de graines. Par ailleurs, il est intéressant de se poser les questions suivantes pour décider de l’intérêt d’appliquer cette technique chez nous:

  • Quel est votre ratio “temps disponible/surface cultivée”?
  • Y a-t-il des parcelles dans lesquels vous choisissez d’avoir une forte diversité cultivée?
  • Quelles seraient vos motivations en lien avec cette méthode?
  • Quelles sont les graines à faire pousser?

Voici mon avis sur ces questions : Si vous avez peu de place mais beaucoup de temps, il peut être plus pertinent de soigner intensément vos parcelles, en choisissant l’emplacement des légumes, en contrôlant l’enherbement de manière plus stricte, etc. Par ailleurs la méthode d’enrobage demande un temps d’apprentissage non négligeable, la productivité au début est donc faible (je pense qu’une semaine à temps complet est censé pour obtenir le matériel et pour se sentir confiant dans la démarche); si vous avez 100m² de potager, dans le même temps vous aurez fait toutes vos plantations pour l’année! Moins pertinent donc. Si néanmoins comme moi vous disposez de quelques îlots semi-cultivés à forte diversité, cela pourrait valoir le coup, notamment si vous mutualisez le travail et le matériel en association avec d’autres personnes! Par ailleurs, certaines graines sont grosses, résistantes, faciles à semer (fève par exemple); le temps de réfléchir à cette méthode que votre jardin est déjà semé!

En conclusion : tout compte fait, et une fois que l’on a cumulé assez d’expérience pour réduire nos coûts de production, l’usage de graines enrobées en grandes cultures, couplée à une démarche d’observation rigoureuse, peut être une solution tout aussi productive que les pratiques agricoles plus conventionnelles, à horizon 5 – 10 ans, pour devenir au final nettement plus efficiente et écologique à long terme. Pour des petits jardins et selon votre temps disponible, cette technique pourrait ne pas être très rentable.


En pratique

Enrobeuse et graines enrobées

une enrobeuse de graines manuelle auto-construite

Lors d’un atelier d’enrobage de graines à l’argile nous avons pu, grâce à une enrobeuse manuelle faite maison et à de l’argile que nous avons récolté puis tamisé, enrober des graines de phacélie et de trèfle blanc.

Et voilà

Trèfle blanc nain enrobé d’argile, comme des billes..

Technique d’enrobage en détail

Ci-dessous, l’album photo expliquant le processus, dans l’ordre!

Retour d’expérience

Sincèrement, nous avons trop peu de recul pour attester de l’efficacité de cette technique. Par ailleurs nos expérimentations se sont limitées à des jardins, quand la méthode semble plutôt efficace pour couvrir des étendues agricoles tels des champs.

Cependant je peux dire qu’il a été enrichissant de pratiquer la méthode de A à Z5. De toute façon, cette technique intégrée à une démarche holistique me semble une voie sérieuse pour améliorer l’efficacité écologique de l’agriculture. Encore une fois, Fukuoka a œuvré à le prouver.

Conseils

  1. Avant de commencer, posez vous les questions proposées plus haut dans l’article
  2. Anticipez vos semis, c’est le plus dur de la méthode! Comptez le temps de germination, le temps nécessaire avant la fin de la culture précédente, et gardez en tête la pluviométrie chez vous. Exemple : Je veux semer des carottes à travers un engrais vert de moutarde qui commence à peine à fleurir, et je vis dans le sud (3 semaines de germination, pratiquement 2 mois avant destruction de la moutarde, et peu de pluies). Je vais jeter mes graines de carottes enrobées environ 2 à 2,5 mois avant destruction de la moutarde, pour qu’il aie plu suffisamment, et que les graines de carotte aient commencé à sortir. En fauchant la moutarde, je devrais avoir des carottes d’environ 5 cm qui seront en place pour profiter du soleil!6

Ressources complémentaires

Recette, matériel, méthode : Seed Ball Story, la vidéo tout-en-un

La vidéo ci-dessous (en anglais), me parait une source d’information sérieuse et complète au sujet de l’enrobage de graines. Selon cette source, il est possible d’ajouter du compost, pour aider les plantes qui pousseront sur sol pauvre en humus, ainsi que du piment en poudre afin de repousser certains prédateurs.

Nous suggérons la recette suivante :

  • 1 part de graines
  • 3 parts de compost (idéalement fait-maison et frais, il est plus vivant)
  • 5 parts d’argile en poudre
  • quelques cuillerées à café de piment en poudre7

Aux origines : Masanobu Fukuoka et ses stagiaires enrobant des graines

Le matériel

Enrobeuse électrique ou thermique fait maison “Von Bachmayr drum”

D’autres possibilités pour faire fonctionner une enrobeuse de graines, par exemple celle-ci.

Mini-enrobeuse manuelle plus simple à fabriquer

Divers


A propos de la série #30JoursPourYPenser

Pendant le confinement lié au Coronavirus : 30 jours, 30 articles, autour de la nature et de l’humain, pour comprendre et dessiner un monde durable et joyeux !

Nous suivre

0
  1. Son travail sur l’agriculture du non-agir, aussi bien techniquement que philosophiquement voire spirituellement, mérite à mon sens le coup d’œil, et je vous invite à lire ses ouvrages dont la poésie raisonne du japon à nos terres françaises []
  2. j’ajouterais contrôler plutôt qu‘éliminer []
  3. La phénologie est l’étude de l’apparition d’événements périodiques (annuels le plus souvent) dans le monde vivant, déterminée par les variations saisonnières du climat []
  4. l’expérience des sources ayant servi le présent article montre qu’on peut arriver à n’avoir qu’une graine par boulette, et je le crois aussi, l’ayant déjà un peu réussi []
  5. la “récolte” de l’argile est un savoir utile, et à la croisée de nombreuses connaissances en permaculture, tel la compréhension de la dynamique du sol []
  6. Attention, mon exemple est très approximatif; c’est pour ça que plus haut, j’indique qu’une démarche rigoureuse d’observation est essentielle pour l’efficacité de la démarche; au final c’est un changement complet de paradigme agricole que nous avons devant les yeux. []
  7. Selon l’auteur de la vidéo ci-dessus, le piment en poudre repoussera les fourmis et autres insectes cueilleurs de graines, les fourmis étant encore capable de porter la graine une fois enrobée! []

Pin It on Pinterest

Partager cet article

Partager cet article sur vos réseaux.